Conseil d’administration exceptionnel du 4 novembre 2013

Philippe Bouchara - Vimeo.com
Philippe Bouchara - © Vimeo.com

Mes chers amis,

Je tenais, avant que ne se propage de fausses rumeurs sur le dernier Conseil d’Administration, vous informer du déroulement de ce dernier :

Le but de ce Conseil exceptionnel était d’informer l’état (Ministères de Tutelle : Budget et Agriculture) et les syndicats du contenu du  » Projet de plan d’Entreprise France Galop 2013.

Passons maintenant à des informations plus concrètes

  1. Aucune décision n’a été prise et aucun vote n’a eu lieu pendant ce Conseil Exceptionnel. Le Président et le Conseil ayant l’obligation statutaire de présenter le projet avant que celui-ci ne soit présenté pour avis au Comité Central d’Entreprise puis au Comité avant qu’il ne revienne devant le Conseil d’administration.
  2. Ce projet d’entreprise doit donc passer devant le CCE puis devant le Comité de France Galop afin qu’une concertation la plus large possible soit faite sur le projet avant que les membres du Conseil d’Administration ne prennent leur décision sur les points évoqués.
  3. Le projet en lui-même: dans le cadre des travaux engagés par le Comité Stratégique, travaux validés par les ministères de tutelle, un programme d’économie est demandé aux deux sociétés mères (50 millions d’€), économies dont le but est de développer notre activité sur de nouvelles bases et de trouver des points de marge supplémentaires permettant de conserver nos allocations au niveau actuel. Le détail du plan d’entreprise est celui que vous avez pu lire dans la presse (JDG et Paris Turf).
  4. Dans un autre état d’esprit, le PMU prévoit, pour assurer son plan PMU2020 et financer son développement sur d’autres marchés que la France. Un plan d’investissement aux alentours de 200 millions d’€. Les deux sociétés mères sont les actionnaires principaux du PMU et il faudra qu’elles interviennent financièrement dans ce plan.

Ne nous y trompons pas, ce plan d’entreprise n’est que le premier étage d’un plan général qui en comprend 3 :

Le second étage s’inscrit en droite ligne des recommandations du comité stratégique et du plan Augereau en matière d’économies potentielles. Il va falloir prendre à bras-le-corps les dossiers dont les gouvernances précédentes ont toujours ont toujours eu connaissance sans jamais prendre la peine de vouloir les solutionner: le PMH, le GTHP, les ARS, l’AFASEC, etc.

Dernier étage enfin, lorsque nous connaitrons les incidences de ces deux plans, il s’agira de travailler la vision long terme et la mise en musique de l’avenir des courses françaises en matière de programme, d’élevage, de transports, d’hippodromes, etc… L’écriture d’une nouvelle page de notre activité permettra, si les décisions sont prisés rapidement, le développement de notre activité dans le cadre de la décentralisation telle qu’elle a été engagée dans les années 1997.

Mon avis personnel sur la crise que nous traversons

Concernant le conflit :

Le maire de Maisons Lafitte s’appuie sur les professionnels et les syndicats dans une opposition claire et nette à fermeture de Maisons. Pour votre information, France Galop et le Conseil Général des Yvelines doivent se rencontrer prochainement pour évoquer le cas de l’hippodrome de Maisons Lafitte.

Il ne faut pas que le conflit s’éternise sans quoi il nous faudra trouver des économies supplémentaires pour couvrir les pertes en allocation et jeux des journées annulées.

Nous devons toutefois être conscients que les mesures proposées vont dans le sens de la nouvelle page du galop que nous devons écrire dans les plus brefs délais et sur laquelle nous avons déjà pris beaucoup de retard. Nous sommes en France, et malheureusement cela ne se passera pas sans quelques secousses.

Nous devons aussi rester vigilants et en pointe sur tous les dossiers qui vont être abordés dans les 6 mois qui viennent. Les propriétaires sont le maillon central de notre activité car ils sont les producteurs du spectacle des courses.

Le communiqué de presse envoyé par le service communication de France Galop après le Conseil d’Administration aurait dû être moins descriptif ce qui aurait sans doute évité les interprétations en tout genre qui en ont été faites.

Il aurait été de meilleur augure de faire paraître le communiqué suivant :

Le Conseil d’Administration exceptionnel du 4 novembre 2013 s’est réuni pour informer les ministères de tutelle et les représentants syndicaux du contenu du projet d’entreprise de France Galop. Il devra être débattu autour des points abordes.

Les prochaines étapes seront les suivantes :

  • Présentation pour avis au CCE du projet
  • Présentation pour avis au Comité de France Galop
  • Retour devant le Conseil d’Administration.

Amitiés à tous,
Philippe BOUCHARA 

(Syndicat des Propriétaires – Conseil Exécutif)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*