L’avenir au Galop – Lettre de campagne n°3

Elections 2019

Construction de propositions transversales pour
l’avenir commun de la filière 
Première étape :

Equistratis et le Syndicat National des Propriétaires de Galop
définissent une plateforme commune de réformes à mettre en œuvre

Le Syndicat National des Propriétaires de Galop et Equistratis, ont décidé d’œuvrer ensemble pour la réalisation d’objectifs communs visant à réformer la gouvernance de la Filière et pour lui redonner un dynamisme et une prospérité gravement affectés ces dernières années.

Equistratis et le Syndicat national des propriétaires de Galop s’accordent sur le constat suivant:

-L’avenir de la Filière hippique dépend d’une coordination étroite entre le Galop et le Trot, là où aujourd’hui le manque d’une vision commune et les oppositions récurrentes créent un préjudice majeur à la filière en général et aux socio-professionnels en particulier,

-Il devient indispensable de mettre en œuvre une réforme de la gouvernance destinée à permettre la conduite d’une politique globale et coordonnée de toute la filière par l’entremise d’un Pôle central de pilotage, qui associera des représentants des sociétés du Galop et du Trot et des personnalités qualifiées,

-La réorganisation de la Gouvernance de la filière est l’étape indispensable pour obtenir l’accord des pouvoirs publics pour engager la nouvelle stratégie de la filière et définir les nouvelles orientations de France Galop, du Trot ainsi que de leur GIE opérationnel, le PMU,

Dans la perspective d’atteindre les principaux objectifs suivants :

La relance de l’attractivité des hippodromes et des courses sur la base d’une approche dynamique, voire conquérante face au développement des activités de loisirs concurrentes en refusant la vision décliniste qui a marqué les dix dernières années.

La mise en œuvre des investissements indispensables à la modernisation de tous les moyens d’action (prioritairement les hippodromes et les centres d’entrainement sur l’ensemble du territoire ).

L’adaptation des paris hippiques et la relance des enjeux notamment par un meilleur pilotage des courses et des jeux en évitant la dilution des masses ou des phénomènes inéquitables comme la place excessive prise par les GPI. Plus généralement mieux utiliser les techniques de modélisation, (par exemple le modèle Equistratis) pour optimiser les enjeux et le retour filière.

Le perfectionnement d’une communication adaptée aux évolutions sociétales en mettant en valeur les socio-professionnels et les chevaux emblématiques.

L’équité assumée en matière de calendrier, de programmes, d’allocations, de contrôles antidopage et sanitaires, et ce dans le respect permanent de l’unité au sein de la famille hippique.

– Dans le cadre de la restructuration de la filière, une meilleure prise en compte du Propriétariat sous toutes ses formes pour assurer sa satisfaction et son développement.

Sur cette base, Equistratis et le Syndicat national des propriétaires de Galop s’engagent à mettre en œuvre les mesures suivantes aux lendemains des élections :

Regrouper des fonctions communes aujourd’hui dispersées et génératrices de coûts inutiles.

Réduire, d’une manière générale les coûts d’exploitation excessifs et améliorer le retour filière afin de stabiliser et développer les encouragements.

Mettre en œuvre une stratégie de développement à long terme et disposer vis-à-vis des pouvoirs publics d’une représentativité et d’une crédibilité restaurées.

Procéder aux réformes indispensables pour restructurer l’ensemble des dispositifs internes de chaque domaine d’activité dans le sens d’un soutien accru aux sociétés de courses et à la valorisation des hippodromes qui représentent un des actifs stratégiques capital.

Refuser la création d’une SA PMU qui serait un instrument de démantèlement du service public des courses et des paris, socle indispensable de l’avenir du secteur et de son rôle d’animation territorial.

Donner un cap stratégique et contrôler le GIE PMU afin de relancer les paris hippiques dans leur ensemble, d’arbitrer rapidement sur la situation de l’activité déficitaire des Paris Sportifs et du Poker (cession ou filialisation), et de garantir des ressources durables et stables pour les socio-professionnels et pour l’Etat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*



UA-37265914-2