Le coup de gueule de Freddy Head

Freddy Head - posepartage
Freddy Head - © Posepartage

« COURONS LES POULES D’ESSAI À MAISONS-LAFFITE… NOUS SAUVERONS ET LES POULES, ET MAISONS ! »

Freddy Head s’exprime rarement sur les sujets institutionnels. Mais quand il le fait, il n’a pas l’habitude de pratiquer la langue de bois. Pour lui, le projet « obstacle à Maisons-Laffitte  » est une aberration. À la fois parce qu’il n’apportera rien au centre d’entraînement mitoyen, et parce qu’il va encore appauvrir le programme de plat en région parisienne. Il affirme qu’il faut au contraire défendre le plat à « Maisons », en commençant par y disputer les « Gui- nées » françaises !

Jour de Galop. – une majorité de professionnels se réjouit du projet de france Galop à Maisons-laffitte, mais pas vous. pourquoi ?

freddy Head. – Je suis effectivement très mécontent que l’on supprime les courses avec courbe à Maisons-Laffitte. D’une part, cela n’apportera pas un che- val de plus au centre d’entraînement de Maisons-Laffitte. Et d’autre part, le fait de maintenir uniquement des courses en ligne droite est im- possible : imaginez dans quel état sera la piste si on utilise neuf fois par jour la même ligne droite ! À mon sens, les res- ponsables de France Galop jugent que Maisons-Laffitte coûte trop cher et ils veulent le fermer.

Vous pensez vraiment que cela ne peut pas aider le centre ?

Spécialiser « Maisons » en obstacle, c’est préparer sa mort. Je vais vous dire ce qu’il va se passer à « Maisons » : un jour, le PMU va décider que les courses d’obstacle font moins recette et si en plus une quel- conque société protectrice d’animaux met son nez dans l’affaire, France Galop dé- crétera qu’il faut fermer Maisons-Laffitte et ne conserver qu’Auteuil. Je connais la spirale : une baisse des partants, une baisse de la recette, et la fermeture… La pression foncière qui existe dans cette partie de l’Ouest parisien n’arrangera rien.

Pourtant, Jacques Myard a l’air heureux de cette solution…

Myard s’est battu comme un fou et maintenant, il est content. Mais il ne voit pas la finalité… Pour moi, c’est un calcul à très
court terme. On n’a en réalité réglé aucun problème de fond. Quelques-uns des plus grand entraîneurs d’obstacle français ont travaillé ou travaillent en- core à Maisons-Laffitte sans que ce soit un hippodrome d’obstacle. C’est bien la preuve qu’il n’existe pas de lien entre la spécialisation du centre d’entraînement et l’éven- tuelle spécialisation de l’hippodrome.

France Galop a beaucoup mis en avant les économies que cela allait susciter…

Si c’est une question d’économies, commençons par fermer Amiens, Le Croisé Laroche, Saint-Malo, Nantes et même Craon, qui sont des hippodromes souvent « incourables ». Cela permettra de courir plus souvent à Maisons ! Nous avons dépensé beaucoup d’argent pour refaire des parcours d’obstacle à Fontainebleau, à Compiègne. Je pense aussi à Clairefontaine, qui est peu utilisé… et à Dieppe. Donc il ne faut pas nous faire croire qu’il n’y avait pas d’autres solu- tions pour remplacer Enghien.

Vous n’allez pas vous faire beaucoup d’amis dans le nord et dans l’ouest !

Je n’ai rien contre eux. Je dis simplement que fermer de mauvais champs de course là-bas pour ramener plus de courses à Maisons-Laffitte, cela a du sens. Et ça, c’est de nature à faire revenir entraîneurs et propriétaires sur le centre d’entraînement ! Cela permettra aussi aux entraîneurs parisiens de moins voyager, puisque c’est ce qu’ils deman- dent. Je m’étonne d’ailleurs de ne pas avoir entendu de voix parisiennes dénoncer le projet de France Galop à Maisons- Laffitte : ceux qui demandent toujours plus de courses à Paris acceptent donc sans broncher que l’on ferme – ou quasiment – un hippodrome parisien en plat ?

Vous vous opposez au projet « obstacle à Maisons » avec une vision très originale. Quelle est-elle ?

Je me bats pour que les Poules d’Essai soient organisées en ligne droite à Maisons-Laffitte.

Le rating des « Poules » baisse chaque année, notamment à cause de la concurrence de Newmarket. Il faut regarder la réalité en face : aujourd’hui, les meilleurs chevaux français vont de plus en plus souvent à Newmarket parce que les places à la corde jouent un trop grand rôle à Longchamp. En courant les « Poules » en ligne droite à « Maisons », on ra- mènera des chevaux anglais et irlandais et on incitera les français à rester à la maison.

Mais les « poules » sont bien ancrées dans la tradition de longchamp…

Moonlight Cloud 2011 - Deauville
Moonlight Cloud 2011 – Deauville – © Jour De Galop

Il faut savoir évoluer… et se poser des questions sur nos Groupes 1. Les plus belles courses sur 1.600m ont lieu en ligne droite, à Deauville, Ascot et Newmarket… Je ne vois pas pourquoi on s’en-tête à Longchamp. Courir les « Poules » là-bas avec tournant, ce n’est plus dans l’air du temps. Ne nous voilons pas la face : nos « Poules » sont de fausses courses depuis des années. Cela devient un problème très, très grave. Le jour où elles vont passer Groupes 2, on ne jouera plus les gros bras.

Que pourrait apporter selon vous un transfert à Maisons-Laffitte ?

Guinées de Newmarket
Guinées de Newmarket – © Jour De Galop

Je pense, comme les Anglais, que les « Guinées » ou les « Poules » sont les dernières courses de l’année de 2ans, les chevaux ne basculant qu’ensuite dans leur année de 3ans. Pour des poulains qui manquent d’expérience, un mauvais numéro à la corde et ce parcours avec courbe sont de vrais pièges.

Newmarket a commis une erreur ces dernières années : les Anglais ont favorisé l’éclatement en deux pelotons en rétrécissant la largeur de la piste et en positionnant les boîtes de départ au milieu. On a oublié un peu vite qu’auparavant, à Newmarket, tout le monde courait dans le même peloton. Du coup, les « Guinées » sont un peu dénaturées et on peut être battu avec le meilleur cheval, simplement parce qu’on est dans le mauvais peloton. Il y a donc quelque chose à faire à « Maisons », d’autant que la ligne est en superbe état au mois de mai.

Allez-vous demander à ce que ce sujet soit inscrit parmi les points à traiter par le groupe de travail sur le programme et le calendrier ?

De manière générale, je crois qu’il ne faut pas prendre les choses isolément. Changer une « B » par ci ou une « D » par là n’aboutit nulle part. Il faut tout remettre à plat parce que tout se tient, tout est lié. Et je le dis et le répète, c’est un crime de supprimer un outil de travail comme Maisons-Laf- fitte. Ce ne sera pas d’ailleurs pas la première fois que France Galop agit de la sorte : si, à l’époque, on avait laissé faire l’Institution, Chantilly aurait fermé ses portes. Qui a sauvé Chantilly d’une mort votée par les élus de France Galop ? Éric Woerth, Jean-François Mancel puis Son Altesse l’Aga Khan. Alors je sais bien que certains de ceux qui siè- gent aujourd’hui ne siégeaient à l’époque, mais il n’em- pêche : si on a la chance, en 2014, de courir sur le site magnifique de Chantilly, ce n’est pas grâce à France Galop. Ne l’oublions pas.

(Jour de Galop)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*