Des propos mensongers et diffamatoires ! Droit de réponse à Michèle RIVASI (NDLR)

Patrick Fellous - Paris-turf
Patrick Fellous - © Paris-turf

Droit de réponse du Syndicat des Propriétaires de chevaux de courses au galop, à Michèle Rivasi, députée européenne Europe-Ecologie et tête de liste pour les élections européennes dans la région Sud-Est (pour l’article publié dans le Paris-Turf : L’Europe dans la course, NDLR Pro-Galop).

Il est consternant qu’une députée européenne, une élue, puisse répondre à une interview de Paris-Turf (cf Point de Vue paru samedi) avec une méconnaissance totale de la chose hippique.
Vos propos, madame la députée, ne sont qu’un tissu de mensonges, d’amalgames et de préjugés.

Non Madame la députée, les courses hippiques ne sont pas une activité malsaine. Elles existent depuis près de deux siècles, entretiennent aujourd’hui une filière de plus de
70 000 salariés. Et les joueurs qui s’adonnent aux paris hippiques font appel à leur réflexion, à leurs connaissances et aux statistiques contrairement à tous les jeux de pur hasard.

Non Madame la députée, nos chevaux ne sont pas dopés. Chaque année, plus de 12 000 chevaux de courses au galop sont contrôlés. Et nous nous félicitons d’être aujourd’hui en France l’un des sports si ce n’est LE sport le plus propre.

Non Madame la députée, nous n’employons ni liniments irritants, ni barbelés pour apprendre à sauter à nos chevaux. De quoi parlez-vous ? Il semble que vous l’ignoriez vous-même. Peut-être faites-vous référence à une affaire qui a vu le jour dans les sports équestres il y a de cela une dizaine d’années… Hors-sujet. Rien à voir avec les courses.

Madame la députée, nous attendons vos excuses publiques. Sans cela, nous nous réservons le droit de porter plainte pour diffamation et propos mensongers.

Patrick Fellous, président du
Syndicat des Propriétaires des chevaux de courses au galop

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*