Trêve crève l’écran sur les Aigles

Éblouissante Trêve, Jour de Galop
Éblouissante Trêve - © Jour de Galop

Éblouissante Trêve

CHANTILLY, MARDI.

« No words… » Lanfranco Dettori a parfaitement résumé le sentiment de toute l’assistance présente ce mardi matin, sur les Aigles, pour voir le travail de la championne Trêve (Motivator).

Il n’y a pas de mots pour décrire ce que nous avons vu. La lauréate du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) a été impressionnante pour son dernier travail sérieux en vue de sa rentrée dans le Prix Ganay (Gr1, 27/04). À 7 h15, elle s’est élancée derrière une demi-douzaine de compagnons, dont Belle de Crécy (Rock of Gibraltar).

Elle a couvert 1.800m à une allure régulière et, dans la « ligne droite », elle a passé en revue ses leaders, avant de se détacher, et ce juste devant les nombreux spectateurs présents [vous pouvez d’ailleurs visionner les dernières centaines de mètres du galop de Trêve en cliquant sur le lien en fin d’article, ndlr].

La course du 9 avril 2014, Jour de Galop
La course du 9 avril 2014 – © Jour de Galop

Incontestablement, Trêve est en très belle condition, ce qu’a prouvé ce travail. Quelques minutes après son exercice, elle ne soufflait déjà plus. « Elle est exactement là où je voulais qu’elle en soit, nous a confié son entraîneur, Christiane Head-Maarek. Elle est très belle et plus forte que l’an dernier. Elle va maintenant avoir une semaine tranquille et refera simplement un petit travail, en ne faisant que la ligne droite. Cela fait un moment qu’elle travaille. Jusqu’à présent, elle restait toujours avec ses leaders. Là, on lui a demandé de finir son travail et elle s’est détachée.

Son accélération, c’est sa force. C’était son travail le plus important et j’avais dit à Frankie de lui demander d’accélérer. » La semaine passée, Trêve s’était aussi exercée et elle avait été séduisante. Ce mardi, son travail sérieux a été plus que convaincant. Il faudra être fort pour la suivre le 27 avril.

L’approche du « ganay »

Beaucoup de bonnes pouliches ont déçu lors de leur rentrée à 4 ans. Certaines ont redressé la barre dès leur sortie suivante. D’autres ont poursuivi dans leur spirale négative. Le cap de 3 à 4 ans est donc toujours craint, en particulier avec une pouliche.

« Nous appréhendons le Prix Ganay, comme une course de rentrée, nous a confié Christiane Head-Maarek. Nous avons donné à Trêve le temps de travailler. Comme après chaque course l’an passé, elle a pris du volume. Que ce soit Lanfranco ou mes garçons, tous ceux qui ont monté Trêve ne retiennent que du positif. C’est la troisième fois que Lanfranco la montait et il l’a sentie beaucoup plus forte. Désormais, il faut la revoir en course.

Le passage de 3 à 4 ans peut toujours être délicat, mais elle donne l’impression d’être restée elle-même. Elle sait tout ; quand elle va sur le gazon ou sur le sable, elle sait comment elle va s’exercer. »

Après l'effort, le réconfort, Jour de Galop
Trêve – © Jour de Galop

Trophée prête à faire une belle année

Soeur de Trêve, Trophée (Mr Sidney) s’est exercée ce mardi matin et elle s’est montrée très plaisante pour finir son travail. « Je pense que Trophée aura moins de tenue que sa soeur, mais elle a une bonne accélération, nous a avoué Christiane Head-Maarek, son entraîneur. Elle va progresser cette année. »

Trophée a couru deux fois à 2 ans. Cinquième pour ses débuts dans le Prix de Sandricourt (F), sur le mile, elle a terminé deuxième d’Imperiator (Footstepsinthesand) dans le Prix du Pin-au-Haras (B) sur 1.300m. Cette « ligne » a pris de la hauteur depuis que le protégé de Philippe Decouz a remporté le Prix Montenica (L) et s’est classé troisième du Prix Djebel (Gr3).

 

 (Jour de Galop)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*